Cactus e Dintorni

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Home Approfondissements Mésembryanthèmes
Italian - ItalyEnglish (United Kingdom)French (Fr)Español(Spanish Formal International)
Mésembryanthèmes


LES MÉSEMBRYANTHÈMES

Les Mésembryanthemes (fleurs de midi) peuvent être différenciés selon la forme et les dimensions, qui peuvent atteindre seulement quelques centimètres ou quelques mètres. Dans la nature, normalement, ils croissent l’hiver à l’occasion de la saison des pluies, formant souvent des buissons. Certains conservent une réserve d’eau durant la sécheresse estivale, tombant en une sorte de léthargie, d’autres utilisent l’humidité contenue dans les vieilles feuilles pour en créer des nouvelles, d’autres encore accumulent l’eau dans les racines pivotantes, ou bien se retirent sous la terre. Les espèces arbustives sont pérennes, tandis que les annuelles complètent leur cycle végétal en coïncidence avec la saison des pluies et se régénèrent à travers les graines.

En Afrique du Sud on les trouve un peu partout, mais on note la majeure concentration dans le Karoo avec des pluies hivernales. En remontant vers le nord on rencontre des zones à pluviosité estivale, et pour cela les Mesembrianthemium se font plus rares, pour disparaître complètement dans la Province du Nord. Ils sont toutefois présents sur les reliefs orientaux jusqu’en Ethiopie, Somalie, péninsule Arabique. On note quelques exemples en Australie.
Pour de plus amples informations visiter la fiche Aizoaceae.

Les fleurs peuvent être solitaires ou sous forme d’inflorescences, elles sont voyantes et chatoyantes pour attirer les insectes pollinisateurs. La floraison se produit, pour la grande majorité, au printemps et dure en moyenne de 3 à 4 semaines. Les heures préférées pour l’ouverture des fleurs sont celles autour de midi même si des espèces comme Faucaria, Lithops, Pleiospilos Stomatium, Hereroa, préfèrent la fin de l’après-midi ou le début de soirée.

Les fruits sont des capsules, principalement sèches à plusieurs loges s’il sont secs (hygrocasie), cette même faculté permet la dispersion des graines au loin. Certains genres laissent cette tâche au vent. Nananthus, Delosperma e Aptenia laissent simplement choir leurs graines.

Les graines des Mésembryanthèmes ne présentent pas de difficultés de germination si on les confie à un sol sableux et soigneusement drainé. Dans certains cas des substances peuvent être présentes, qui ne permettent pas la croissance spontanée ou bien une germination uniforme pour toutes les graines.

Au moment où apparaît la seconde paire de feuilles la plante est autonome et croît rapidement en devenant succulente. Certaines produisent une racine tubéreuse comme pour Mestoklema tuberosum.Certains genres, comme Conophytum et Lithops se défendent en se camouflant sur le terrain, d’autres croissent sur des parois abruptes. Il y a des plantes qui présentent des épines sur les capsules ou sur les inflorescences, ou bien prennent soin d’éloigner les animaux en accumulant des produits toxiques.

La culture est un art qui s’apprend avec l’expérience en tenant compte des erreurs commises. Pour prendre connaissance des informations sur la période de croissance et la floraison, de chaque genre, consulter le Tableau de culture. La multiplication est fondamentale pour la conservation des espèces, spécialement de celles les plus rares, cela peut se faire par graines ou boutures. Plus le climat qu’on leur offre se rapproche de celui de la nature, plus grandes seront les possibilités de succès, sauf si la reproduction se fait en serre.
Pour la reproduction par semis une mini-serre de germination peut se révéler utile munie d’un couvercle transparent. Même si beaucoup de semis peuvent se faire durant n’importe quelle période de l’année, il est préférable de respecter les rythmes naturels. Les Mésembryanthèmes provenant de zones avec des précipitation hivernales devraient être semés en automne-hiver alors que l’éclairage est plus bref et moindre l’humidité du substrat. Les genres de la région du Cap Oriental et de celui Méridional comme Glottyphyllum et Faucaria qui reçoivent de la pluie tant en été qu’en hiver peuvent être semés en n’importe quelle saison. Les semis sont sensibles aux maladies des champignons (Phytium), pour cela une bonne précaution consiste à las enfermer dans une petite boite ou une petite enveloppe dans laquelle on a mis un fongicide en poudre (par exemple Thirame, Benziamidiazoles).

Pour le semis les pots de 8-10 cm de côté sont indiqués, lesquels seront préalablement désinfectés puis remplis jusqu’à un centimètre du bord avec un mélange, lui aussi désinfecté, constitué de 2 parts de sable, 1 part de terre de bruyère, 1 part de terre de jardin passée au tamis aux mailles de 3 mm. Certaines espèces comme Argyroderma, Gibbaeum, Pleiospilos et Lithops aiment moins les substances organiques. Pour la suite, suivre les indications fournies à la page Les semis. La germination se produit en moins de 20 jours à une température de 16-24°C. et avec un ombrage à 30%. Après la naissance, il faut diminuer l’humidité atmosphérique. La croissance est influencée par la température du sol et par les nutriments. La transplantation, si elle se révèle nécessaire peut être effectuée après un an.

La multiplication végétative peut se faire par bouture soit de tige, soit de feuille, ainsi que par stolons, rejeton, division de rameaux, mais on a recours le plus souvent à la bouture de tiges. Les Conophytum s’enracinent mieux si le bouturage est effectué en automne hiver en coïncidence avec la période de croissance. Pour les genres ligneux les boutures d’une dizaine de centimètres sont suffisantes, avec une taille exécutée juste au-dessous d’un entre nœud. On plante donc les boutures dans un contenant de sable humide en air intérieur. Pour de plus amples informations, visiter la page qui s’occupe de reproduction asexuée.

Culture abritée. La serre ne peut résoudre tous les problèmes de culture. La raison en est que certaines espèces proviennent de zones subtropicales, tandis que d’autres de celles chaudes tempérées. Certaines espèces doivent être arrosées en été, d’autres en hiver et d’autres encore toute l’année. Pour cette raison il est nécessaire de connaître la provenance et l’habitat de chaque espèce que l’on désire cultiver, cependant beaucoup de Mésembryanthémacées montrent une bonne tolérance. Il est cependant préférable de choisir des plantes provenant de la même région de façon à adopter une uniformité de traitements.

Pour les plantes qui demandent une protection durant la saison froide, une serre n’est pas indispensable, une structure provisoire couverte par un film plastique ou un caisson, peut se révéler utile pour la protection contre le gel ou la pluie, a condition de remettre la plante à l’air libre à la bonne saison.

Compost. On peut utiliser le même mélange que celui indiqué pour les semis, avec adjonction de farine d’os.

Emplacement. Presque toutes les plantes préfèrent le plein soleil, mais elles sont assez sensibles aux brûlures solaires en début de saison, pour cette raison, il faut les exposer graduellement.

Pollinisation. Presque toutes les Mésembryanthémacées sont autostériles, même si elles sont bisexuelles, pour cette raison, il faut utiliser des plantes de la même espèce, mais appartenant à des clones divers (pollinisation croisée). Dans la nature cette opération est confiée aux insectes. Peu d’espèces sont cléistogames. On recueille les graines dès que les capsules se sont détachées. On peut utiliser deux techniques: l’une consiste à mouiller les capsules de manière à permettre l’expulsion naturelle des graines; l’autre est de les mettre entre deux feuilles da papier épais et de les briser avec un objet contondant. Les graines se conservent dans un endroit sec et demeurent fertiles durant plusieurs années, spécialement si elles sont conservées au frais entre 3 et 10 °C. (réfrigérateur).

Arrosages. Les Mésembryanthèmes tolèrent de longues périodes de sécheresse, mais ils prospèrent s’ils sont occasionnellement arrosés avec abondance. Si les feuilles commencent à se flétrir, c’est le signe qu’ils manquent d’eau. La fréquence des arrosages dépend de l’avancement de la saison, de la température, humidité, composition du sol, contenant. On n’arrose pas durant le repos.

Parasites. Beaucoup de maladies peuvent être évitées en soignant l’hygiène de l’endroit où les plantes seront conservées, ainsi que les vases et les outils d’un usage régulier. Si on découvre une attaque de champignons ou de moisissures il convient d’intervenir avec précaution pour éviter de répandre l’infection. Même la toile des semis et la pourriture molle sont dues à un champignon à combattre avec des produits appropriés (par exemple Thirame, Iprodione). Contrôler fréquemment, même avec l’aide d’une loupe à fort grossissement l’éventuelle présence d’araignées rouges, ainsi que des pucerons, des cochenilles, des chenilles et des limaces. Pour plus d’indications se reporter à la page "Les maladies".

Pour des informations sur les 115 genres et leurs espèces relatives, nous vous conseillons la lecture du livre " Wygies, les perles du Veld ".

Filtrer par titres     Affichage # 
# Titre de l'article Clics
1 Lithops 41056
2 Tableau de culture 17359
3 Rainfall and temperature 7828
 
Home Approfondissements Mésembryanthèmes

Nos publications

  • Le nostre Pubblicazioni
  • Le nostre Pubblicazioni
  • Le nostre Pubblicazioni
  • Le nostre Pubblicazioni
  • Le nostre Pubblicazioni
  • Le nostre Pubblicazioni
  • Le nostre Pubblicazioni
  • Le nostre Pubblicazioni
  • Le nostre Pubblicazioni
  • Le nostre Pubblicazioni
Ajouter site aux Favoris
Ajouter page aux Favoris

Offrez une tasse de café

Soutenez Cactus & Dintorni!